Back to top
10 décembre 2018
Revue de presse

Une présentation erronée et un article biaisé
Nous déplorons profondément la manière dont l’article sur l’ancienne Usine de Boxer a été rédigé et orienté, sur la base d’informations tronquées et sorties de leur contexte.
Ce texte suggère, d’une part, que notre Groupe sait et tolère que les entreprises locataires de surfaces sur ce site - qui n'est pas une friche - ne respectent pas la loi et, de l’autre, que nous entretenons mal les bâtiments que nous mettons en location. Ces accusations infondées nécessitent une prise de position et un démenti fermes.

Premièrement, le groupe Orllati respecte les conventions collectives et paie ses collaborateurs un meilleur salaire que celui prévu par la convention du secteur ; cela a d’ailleurs été relevé par le représentant d’UNIA Vaud.
De plus, l’entreprise - qui vient d’être certifiée ISO 9001 (qualité), 14001 (environnement) et 45001 (sécurité) - s’attache à collaborer avec des sous-traitants qui respectent les lois. A chaque fois que nous découvrons que ce n’est pas le cas, nous cessons immédiatement de travailler avec ces entrepreneurs.
Deuxièmement, nous nous attachons à ce que les appartements mis en location soient en bon état et aux normes. L’appartement qui a été mis à disposition de cette famille était une réponse à une situation d’urgence, la famille n’ayant plus de logement, avait été refait à neuf. Par ailleurs, contrairement à ce qui a été écrit, les démarches pour réparer le plafond avaient été lancées bien avant l'article et les travaux ont été effectués depuis.
Pour finir, le plan de quartier de cette zone sur lequel nous travaillons depuis huit ans, a été déposé au Canton pour examen préalable et nous espérons qu'il puisse enfin démarrer.
Ce type d’article porte gratuitement et inutilement atteinte aux 800 personnes qui travaillent et oeuvrent chaque jour à améliorer nos processus et fournir un travail de qualité.